La Montagne noire, le Liberator, Buffy et la chaussette

 

On est des hyperactifs, mon amoureux et moi. Vacances pas vacances, on en fait trop. Aujourd’hui on s’est lancés à la conquête de la Montagne noire…avec toute la Smala, incluant Buffy-le-chien. On était évidemment mal préparés; genre, pas de collation, deux bouteilles d’eau pour 6 personnes, vêtements plus ou moins adaptés (remarquez la jupe à frous-frous de Béné) et pas de chasse-moustiques! Qu’à cela ne tienne, nous avons parcouru, aller-retour, quelques 13 km. Bon, pas forcément dans la joie tout le long…les enfants se sont passés le relai pour faire entendre leurs jérémiades; un beau travail d’équipe, gang! Ma grande a chialé en montant, avec sa face d’ado qui aurait vraiment préféré passer ce bel après-midi dans un sous-sol, enterrée dans ses couvertes en écoutant une quelconque série télé avec monstres ou vampires; Sorry Bella, ce sera pour une autre fois! La petite troisième, qui courait à l’avant en montant, a pleurniché tout le long en descendant; que voulez-vous, aucune machine de téléportation n’était disponible pour nous ramener à l’auto presto au moment où elle en avait marre d’être au sommet d’une montagne. La petite dernière, par ailleurs pleine d’enthousiasme, a eu mal au pied…sont pas habitués de marcher longtemps ces petits-chéris; bien souvent leurs souliers n’ont pas le temps d’être usés avant de devoir être remplacés. Elle a donc fini sur mon dos; Go mommy, c’est bon pour toi le cardio, pense à tes fesses…#voirlebeaucôtédeschoses.

 

Bon, le fun avec 4 enfants c’est que

 

  1. Ils ont des âges différents, donc des goûts différents et des capacités différentes. #thatsafact #dealwithit #onpourrajamaisplaireatoutlemonde
  2. Quand la chicane pogne sur un sujet comme « devrions-nous continuer jusqu’à l’avion écrasé ou rebrousser chemin tu-suite? » ça ressemble vite à un débat au parlement italien ou encore, à une guerre civile dans les Balkans. #onrespireparleneztoutlemonde #yauradelacrèmeglacéeauretourpromisjuré

 

On a donc tranchés, mon amoureux et moi, en bons dictateurs que nous sommes, et nous avons décidés de poursuivre jusqu’au site de l’écrasement d’avion. En 1942, pendant la deuxième guerre mondiale, un avion de l’armée canadienne Le Liberator Harry, transportant des soldats, s’est écrasé au sommet de la Montagne noire, à St-Donat. Bien des années plus tard, la carcasse de l’avion a été retrouvée; un lieu de commémoration a été créé et les débris métalliques peuvent, aujourd’hui encore, être observés. Pour les enfants, voir le site, même s’ils l’ont déjà vu, constitue toujours une importante motivation! « Encore quelques minutes, les enfants et vous allez voir l’avion…allez, encore 300 mètres et nous y sommes » Vous voyez le topo…

IMG_1799 2

 

Mais à mon avis, le gros hit de la journée, la mention d’honneur pour sa constance, son énergie, sa joie et son esprit solidaire va incontestablement à Buffy-le-chien. Buffy est un jeune chiot trop énergique qui passe son temps à nous voler des trucs, à grignotter mes sandales, à engloutir des bouts de déjeuners laissés trop près du bord de la table. Bref, Buffy dans une maison, c’est juste un agent du chaos. Mais Buffy dans le bois, c’est beau à voir. À la montagne, elle allait continuellement de l’un à l’autre, s’assurant que tout le monde soit en vue….we leave no man behind est sa devise. Je la regardais courir fièrement dans les sentiers et je me disais qu’elle était un ajout nécessaire à ma Smala, qu’elle apportait tellement de joie. Ah que j’était fière de ma grosse tribu! Et là, arrivés à une jolie cascade où on faisait la pause; Béné a voulu me montrer son pied douloureux, elle a donc retiré chaussure et chaussette; le chien s’est faufilé entre nous deux, s’est emparé de la chaussette en question et avant que je n’aie pu tenter quoi que ce soit, l’a avalée. Eh merde! Tout le monde s’est mis à crier, à s’indigner! Ce chien est insignifiant! On l’a nourri, pourtant. De quéssé, manger une chaussette? Et au sommet de la montagne alors que nous devons encore parcourir un peu plus de 6 km! C’est là que, voulant protéger le chien contre la vindicte populaire et épargner le pied meurtri de la petite, j’ai décidé de la porter sur mon dos, jusqu’à ce que mes forces me le permettent. Mettre un pied devant l’autre et méditer sur le concept d’abnégation…ah, la vie de maman!

 

Nous sommes rentrés au chalet affamés, déshydratés, courbaturés. Je me suis empressée de faire cuire des steaks à mes grands explorateurs; ils ont dévoré (aucun chialage sur la composition du menu; vive le grand air!). Et là, une fois rassasiés, on a eu droit aux messages positifs. Finalement c’était cool, la montagne. Ils étaient fiers d’être allés au bout, ils étaient fiers de leurs efforts. Ils se félicitaient les uns les autres et riaient de leurs mauvaises passes. Pas toujours facile la vie de parents; faut être prêts à être impopulaires souvent, intransigeants parfois et exigeants de temps à autre. Les mercis et les bravos, ça vient après, parfois bien longtemps après…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s