Ils ne tuent pas au nom de Dieu

Je lis tous les articles de journaux qui parlent du dernier attentat en date, celui de Nice. C’est morbide et ça me bouleverse mais j’ai besoin de me faire une tête. Besoin de comprendre ce qui est inadmissible à mes yeux; tuer des gens réunis pour célébrer, c’est trop absurde. Je viens de lire qu’on a identifié le tueur. Personne n’est plus surpris de nos jours qu’il soit de nationalité tunisienne, qu’il porte un nom de consonance arabe, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, eh oui, on l’aurait parié.

 

Même les dirigeants Français ne s’enfargent plus dans les suppositions prudentes et sans plus attendre, ils prennent le taureau par les corne et nomment un chat un chat : encore un acte à imputer au radicalisme islamique. Sauf que…cet être dément, selon les premiers témoignages recueillis, ne semble pas plus musulman que moi. Criminel, certes. Violent, tout à fait. Déséquilibré, assurément. Mais croyant? Non.

 

Ce Mohamed Lahouaiej-Bouhlel semble avoir trouvé son adaptation à la France pour le moins pénible. Selon ce que j’ai pu lire, il vivait en sol français parce qu’il avait épousé une franco-tunisienne et ils avaient 3 enfants. Il a été condamné à plusieurs reprises pour des vols et violences. De plus, sa femme, à la suite d’altercations violentes, voulait divorcer. Il a frappé cette République qu’il n’a pas su intégrer. Il l’a frappée un 14 juillet, date hautement symbolique, parce qu’il voulait mettre à genoux cette France qui l’a humilié, puni et d’une certaine manière, déçu. Cette France qui ne lui a pas déroulé le tapis rouge, cette France qui ne l’a pas enrichi, cette France qui permettait même à sa femme de lui résister, en toute légitimité. Cette France qu’il avait dû un jour espérer était sans doute devenue haïe, honnie, ennemie.

 

Bien des experts en radicalisation en parlent; ces « fous de Dieu » sont bien souvent des ignorants, ils ne connaissent pas l’Islam dont ils se réclament. Parfois, quelques sourates choisies leur servent de justifications idéologiques, bien mince verni, surtout ne grattez pas trop… Ces jeunes hommes (car ce sont majoritairement des hommes, bien que quelques jeunes femmes aient été impliquées dans les attentats de Paris) vivent avant tout un conflit identitaire. Un problème d’intégration. Ils peinent à faire cohabiter un héritage, une tradition, une idéologie connue en bas âge, avec les exigences de nos civilisations occidentales. Arrivés au seuil de la trentaine, de nombreux jeunes adultes, et pas seulement ceux issus de l’immigration musulmane, éprouvent cette désillusion; la vie rêvée ne sera pas au rendez-vous, la vie est souvent injuste et la douleur existentielle, loin de disparaître, parfois s’amplifie. Ce conflit de valeurs entre une tradition religieuse communautariste et une société durement capitaliste qui valorise la réussite individuelle constitue le terreau fertile sur lequel vient, tout d’un coup, se déposer la graine d’une violence revancharde et exutoire. Ces hommes, qui n’ont jamais révéré qui que ce soit, qui ont tenté de s’enrichir et se tailler une place au soleil en empruntant les raccourcis du crime, se drapent dans une fausse vertu pour déverser leur haine sur ces sociétés qui n’ont pas su flatter leur narcissisme, ces sociétés qui les ont laissés en marge.

 

Un jour, on comprendra un peu mieux comment les détecter, comment prévenir ces failles identitaires qui déclenchent ce torrent de haine. En attendant, aimez votre prochain comme vous même, c’est encore la meilleure chose à faire en ce bas monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s