Heidi, le film

Enfin une journée un peu moins chaude et ensoleillée ;-)! J’ai pu quitter mon poste de « life-gard bénévole » sur le bord de ma piscine et me réfugier au cinéma avec mes poulettes, sans culpabilité. Je les ai donc amenées voir Heidi. Je me souvenais vaguement du dessin animé que j’avais quelques fois écouté, enfant. Et j’aurais dû me rappeler que, comme tous les dessins animés de notre jeunesse, c’était une histoire à faire brailler.

 

Dès les premières images du film, j’ai dû me retenir de pleurer. On y voit la petite Heidi, orpheline et infiniment craquante, se faire « abandonner » par sa tante qui ne peut plus s’en occuper, chez son grand-père qui vit en ermite dans les Alpes suisses. La petite, qui dit laconiquement « oui, mais personne ne veut de moi » et qui, n’écoutant que son instinct de survie, se réfugie dans l’étable pour dormir contre les chèvres a réussi à m’arracher mes premières larmes.

Heidi_001.jpg

 

La candeur de cette enfant magnifique finit par faire fondre le cœur du vieil ermite et, petit à petit, ce dernier lui fait une place dans sa vie, jusqu’à ne plus vouloir s’en séparer. Heidi est belle à voir dans ces paysages plus grands que nature où elle peut vivre pieds-nus, rouler dans les alpages et imaginer des jeux avec le petit berger Peter. Cette vie simple des montagnards lui est brutalement enlevée lorsqu’elle doit aller vivre à Francfort, dans une maison bourgeoise où elle doit tenir compagnie à une petite fille handicapée.

 

À partir de là, je n’ai pas arrêté d’avoir les yeux pleins d’eau, voire les joues inondées. J’étais bouleversée par le sort de cette enfant, qui venait enfin de trouver un certain bonheur et un véritable attachement, être à nouveau déracinée, perdue à travers ces codes sociaux d’elle totalement inconnus et ces mœurs bourgeoises qui heurtent sa nature curieuse et enjouée. Heureusement, la petite retrouve sa montagne, son grand-père, son ami et ses chèvres. Mais encore là, même en face d’un beau happy-ending, j’étais toute émue et je braillais encore…moi des beaux paysages, des enfants souriants, des animaux libres sur une bande sonore toute en violon…ça me fait son p’tit effet. Je suis donc ressortie du cinéma bouffie.

1453370821616_0570x0401_1453370935110.jpg

 

Je le recommande, ce film, à toute la famille…mais attention, il donne fortement envie d’aller faire un p’tit tour dans les Alpes suisses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s