Ode à l’amour vrai

Le film québécois de l’été 2016 sera sans doute Les 3 p’tits cochons 2, comme Le mirage a été celui de l’été dernier. J’ai vu Le mirage, quelque part cet hiver à bord d’un quelconque avion. Si j’ai, somme toute, apprécié le film, je l’ai néanmoins trouvé triste, triste, triste. Je pense que Les 3 p’tits cochons 2, en me basant seulement sur les extraits vus au cinéma, me laisserait la même sensation de désabusement. On voit dans ces « comédies » des couples dont la routine et le quotidien ont fini par venir à bout de l’estime et de l’admiration que ces hommes et femmes ont bien dû se porter un jour ou l’autre. On voit le délitement des liens qui unissaient deux individus autrefois inséparables. La fin des activités et petits plaisirs qui jadis les captivaient. On voit le désir pour une personne devenue trop familière, céder le pas face au plaisir fugace de la conquête et l’attrait de la nouveauté.

 

Mais je me dis : il doit y avoir une façon de résister…On en connaît des couples heureux, des gens qui ont traversé, à deux, les décennies et qui n’auraient pas changé de partenaire de vie pour tout l’or du monde. Des gens qui ont continué à se choisir mois après mois, année après année. Des gens pour qui la fidélité n’a pas été une contrainte imposée par la peur mais une volonté d’approfondir un lien, d’entretenir une passion avec la personne qui nous a, un jour, fait chavirer.

 

 

Les plus beaux mots d’amour

 

La plus belle phrase d’amour au monde, selon moi, c’est Richard Desjardins qui l’a écrite et chantée dans sa superbe chanson Jenny, il dit avec des mots si simples ce qui devrait être l’essence de nos relations. Dans cette douce balade, le gars dit à sa blonde Jenny : « J’essaye de faire en sorte, que quand tu penses à moi, tu t’dises que t’aurais pas pu trouver mieux ».

Tout est là. L’effort, l’effort d’être bon, de faire le bien, de prendre soin, d’être attentif, de laisser l’être-aimé être la meilleure version de lui-même/d’elle-même. Il ne dit pas qu’il est le meilleur…il dit, j’essaye…je travaille pour mériter ton estime, pour que tu trouves toujours que je suis la meilleure personne, pour toi.

 

Je date encore mon chum

 

J’essaie d’appliquer la formule de Desjardins à mon propre couple, qui dure depuis maintenant 17 ans. Régulièrement, mon chum et moi, on se vit de belles soirées qui n’ont absolument rien à envier aux premières dates! Moi, mère de 4 enfants, souvent habillée en mou, je me prépare alors avec soin lorsque je redeviens, le temps d’une soirée, la fille qui lui a donné envie, en premier lieu, d’avoir ces chers enfants (qui sont cutes mais assurément chronophages!) Lors de ces soirées, je porte nécessairement une robe que mon chum va trouver sexy. Je me maquille, me coiffe, choisis avec soin boucles d’oreilles et chaussures (tout en sachant très bien qu’il ne porte aucune, mais alors là aucune attention à ce genre de petits détails). Mais j’aime ce moment où, dans ma salle de bain, mes trois filles me regardent essayer différentes tenues, qu’elles commentent et discutent avec enthousiasme (j’ai même droit à de jolies phrases comme : « Quand tu vas être morte moi je veux avoir cette robe-là et tous tes bijoux », bon, faut pas le prendre personnel, j’imagine).

 

Ensuite, je choisis avec soin un chouette resto, avec un peu d’ambiance. Je nous réserve une place au bar, à mon avis, infiniment plus sexy qu’une table. Là, nous nous commandons un cocktail. On se regarde, on soupire d’aise; ouf, enfin! Enfin, on est entre adultes, enfin, on pourra se parler et finir nos phrases, aller au bout de nos sujets de conversation sans 72 interruptions. Et là, attention, le secret pour vivre une soirée magique; il faut éviter les sujets plates. Les questions comme « as-tu vérifié le solde de la marge de crédit? » ou « as-tu appelé le plombier pour la toilette qui coule » ne contribuent pas à faire lever l’ambiance. Je pense qu’il faut au contraire aborder les sujets de fond; grandes aspirations dans la vie, rêves fous et projets solo ou à deux. Il faut se parler idées et enjeux sociaux, débattre gentiment, sans se prendre aux cheveux et au sérieux. Il peut être bienvenu aussi d’effleurer la cuisse de l’autre et lui faire les yeux doux, ceux qui promettent une belle fin de soirée…

IMG_9954

 

Ces sorties d’amoureux sont l’oxygène qui permet à la petite flamme de notre amour de continuer à brûler. Nous retournons à nos rôles de parents dès 6 :00 le lendemain matin mais les souvenirs de la belle soirée nous accompagnent plusieurs jours durant. Nous échangeons plein de petits messages textes dans les jours qui suivent en ayant déjà hâte à notre prochaine petite escapade à deux.

 

La plus belle preuve d’amour

 

Je ne suis pas amateur de grand gesture ou de romantisme pré-fabriqué, de déclarations tapageuses ou de cadeaux flamboyants. Je suis même trop pudique pour me marier, c’est dire! Mais il y a des gestes qui me touchent profondément. En voici un : Mon amoureux, l’autre jour vivait une situation compliquée par rapport à son boulot. Il m’a envoyé un texto disant « chérie, peux-tu lire tout ceci, j’ai besoin de ton opinion, elle est importante pour moi ». Ça, ça m’a réjoui. Pas qu’il ait des problèmes mais, sentir qu’il accorde de la valeur à mon jugement, savoir que je peux lui être utile, ressentir l’imbrication profonde qui découle de ces nombreuses années de vie commune.

 

Bref, je vais continuer d’essayer de plaire à mon chum, essayer « de faire en sorte, que quand il pense à moi, y s’dise qu’il aurait pas pu trouver mieux ». Je vais continuer de lire pour alimenter nos conversations, je vais prendre soin de moi pour qu’il me trouve encore jolie, je vais faire attention à ma santé pour être le plus longtemps possible auprès de lui. Il m’a quand même déjà interdit de mourir…j’essaie chéri, j’essaie tous les jours!

 

Je veux qu’on soit ces petits vieux qui prennent des marches ensemble après le dîner, je veux qu’on garde toujours la grande maison pour recevoir nos enfants et petits-enfants le dimanche soir, je veux qu’on soit un modèle pour notre belle grande smala.

 

« Le ciel bleu, sur nous peut s’effondrer…et la terre, peut bien s’écrouler… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s